Les appellations

Posted on
Gorge (G. Laperrière)

Gorge (G. Laperrière)

La chute des Dalles

C’est à sa forme en escalier que la chute des Dalles doit son nom. On remarque en effet que les eaux y dévalent les pentes de façon progressive : de palier en palier, d’une dalle à l’autre, un peu à la manière de gradins, formés par le passage des grands glaciers qui creusèrent à cet endroit le canyon et la gorge profonde qui lui confèrent tout son panache.

 

 

Chute Desjardins N.Montagne

Chute Desjardins (N.Montagne)

La chute Desjardins

Ainsi nommée en l’honneur de la famille Desjardins qui exploita un moulin à scie et farine jusqu’au début du siècle. En 1910, suivant le mouvement de la colonisation vers le Nord-Est de l’Ontario, M. Francis Desjardins démonta le moulin et le fit transporter en pièces détachées par train jusqu’à la ville ontarienne de Ramore, dans la région de Timmins où, paraît-il, l’installation fonctionne encore. En période d’étiage, on peut encore apercevoir la meule, qui gît sur le lit de la rivière, près de la magnifique chute.

 

Chute Monte-à-Peine (N. Montagne)

Chute Monte-à-Peine (N. Montagne)

La chute Monte-à-Peine

On raconte qu’au début du siècle, pour se rendre jusqu’au village voisin Saint-Félix-de-Valois, les gens de Sainte-Béatrix et de Sainte Mélanie devaient emprunter le « Chemin de la Chute », à Sainte-Mélanie, ce qui représentait une véritable expédition pour les voyageurs à cause des pentes abruptes que comportait ce trajet. Les anciens décidèrent donc de nommer l’une des pentes du nom évocateur de « Côte Monte-à-Peine », pour bien illustrer les difficultés rencontrées lors de son ascension. Au fil des ans, cette appellation est demeurée et servit, par la suite, à désigner la chute elle-même et ses multiples voiles.